… Et si la logique de sa démarche l’amène actuellement à un dépouillement accru et à une représentation de plus en plus allusive, s’il a un peu sacrifié du charme spontané si attirant de sa peinture, c’est qu’il veut parvenir à un approfondissement de la conception et du langage écartant tout superflu. Dans cette recherche d’une ascèse , il ne répudie ni la couleur, ni le bonheur, il sait toujour séduire, mais dans un registre plus grave, avec une plus grande économie de moyens. Ses compositions récentes, où quelques signes abrégés viennent rythmer des couleurs fluides subtilement modulées, atteignent à une intensité expressive, au mystère dans une lumière limpide, avec une rare retenue. En réalité beaucoup plus secrète et complexe qu’elle peut sembler au premier abord, cette peinture ne révèle que peu à peu le frémissement contenu sous son apparente sérénité...


Extrait de la préface de la monographie “Roger Dérieux”, Ed. IDR, Copenhague et Paris, 1978.