… Il s’ensuit pour Dérieux un long mûrissement, fruit d’un travail de décantation effectué à partir de ses émotions pour atteindre à une unité entre trait et couleur , à une richesse formelle grâce aux rapports justes des plans et des lignes, ainsi qu’à un balancement modulé et contrasté d’où naissent la lumière et la spatialité. Ce dépouillement ne lui fait jamais rompre avec la réalité qui se refuse à être descriptive pour demander aux seuls éléments picturaux la clarté de l’ensemble.


Gazette de l’Hôtel Drouot, Paris , 13 juillet 2001.